Qu’est-ce qu’une inspection pré achat ?

Lorsque des gens s’apprêtent à vivre le rêve en s’achetant une nouvelle maison, il devient important de bien connaître la santé de votre prochain investissement. C’est à ce moment que l’inspection d’un inspecteur en bâtiment AIBQ devient primordiale. Vous pourrez découvrir si la maison qui fait chavirer votre coeur est en bon état.

Voici quelques points qui seront inspectés :

– La structure
– L’extérieur
– La toiture
– La plomberie
– L’électricité
– Le chauffage
– La climatisation centrale
– L’intérieur
– L’isolation et la ventilation.

Luc Guénette, inspecteur en bâtiment se fera un plaisir de vous fournir un rapport très détaillé afin que vous puissiez comprendre pleinement ce qui vous attend. Son expertise vous permettra de faire votre achat d’une nouvelle maison avec la paix d’esprit.

_________________________________

Luc Guénette, inspecteur en bâtiment établit à Longueuil depuis plusieurs années.
Luc Guénette, inspecteur en bâtiment établit à Longueuil depuis plusieurs années.

inspection de bâtiment 3LG

Luc Guénette, inspecteur en bâtiment, fort d’environ 200 inspections annuellement, met à votre contribution une dizaine d’années d’expérience dans le domaine de la rénovation résidentielle. Ancien militaire, où il a œuvré durant 18 ans, il est une personne méthodique et disciplinée, qualités qui le servent tous les jours dans son travail. Les références de ses clients sont le résultats de l’excellent travail qu’il fait.

L’importance de l’inspection

 

house-937404_960_720

 

En matière de transaction immobilière, l’inspection du bâtiment devient un incontournable si on veut éviter les problèmes et litiges futurs. Afin de protéger ses intérêts, l’acheteur avisé n’hésitera pas à comprendre l’importance de l’inspection.

Malgré que le rôle de l’inspecteur ne soit pas toujours bien déterminé, l’inspection est une étape essentielle lors de l’achat d’une propriété. Qu’il s’agisse d’une inspection par un professionnel formé et diplômé ou d’un professionnel appartenant à un ordre ou à une association, l’inspection demeure importante car elle offre une protection supplémentaire à l’acheteur par les garanties offertes par les différents ordres ou associations régissant les experts en la matière.

Afin que l’inspection soit bien exécutée et que l’acheteur soit bien protégé, il est important de vérifier certains détails reliés à l’ordre ou association en question, comme par exemple :

  • Assurance responsabilité en cas de d’erreurs, de fautes ou d’omissions
  • Convention reconnue en service d’inspection
  • Normes régissant la pratique des inspections
  • Rapport détaillé obligatoire devant être remis après inspection

Le but d’une inspection est d’identifier les éléments dysfonctionnels de la propriété pouvant découler sur des bris, des vices ou des défauts empêchant alors le nouveau propriétaire de jouir entièrement de sa propriété.

L’inspection devient alors importante dans le règlement des litiges. Comme les normes ne sont pas toujours claires en matière de vices ou défauts reliés aux propriétés, le rapport d’inspection offre à l’acheteur de plus grande probabilité de règlement. Malgré qu’aucune garantie officielle ne soit reliée directement à l’inspection, il arrive très souvent que celle-ci protège mieux l’acheteur soit par un règlement total en sa faveur ou par un partage de responsabilité entre les deux parties minimisant ainsi les coûts pour les deux parties

 

 

Article provenant intégralement du :https://www.inspecteurimmobilier.com/avantage/importance-inspection/

Crédit photo: https://pixabay.com/fr/maison-accueil-de-luxe-immobilier-937404/

Les vices cachés les plus fréquents !

home-mold-photo

Définir avant tout le terme vice caché

Tout d’abord, il faut bien comprendre qu’un vice caché n’est pas nécessairement un problème que l’ancien propriétaire refile au nouveau propriétaire malicieusement. En effet, un vice caché tient du fait que certains attributs ou composantes de la maison sont non fonctionnels ou endommagés, ce qui cause une diminution de la valeur de la propriété en question.

Toutefois, ne pensez pas que le vendeur vous a nécessairement joué un tour, car un vice caché est souvent non connu des deux parties au moment de la transaction. Il se peut parfois que l’ancien propriétaire omette intentionnellement de vous dévoiler certains défauts, mais cela ne vous empêchera pas d’être couvert par la garantie pour autant. Il est impossible, même avec une inspection rigoureuse, de prévenir complètement ces situations. En effet, certains défauts apparaissent, même en étant totalement invisibles au départ, causant dans le futur de très grands dommages à votre maison.

Maintenant que le terme vice caché est clair, regardons ensemble quels sont les vices cachés les plus fréquents causant de vrais cauchemars à ces pauvres nouveaux propriétaires après avoir pris possession de leur domicile de rêves.

Une variété de vices cachés

Alors, voici quelques exemples de vices cachés les plus fréquents, ceux qui causent des dommages à votre propriété qui peuvent être coûteux et fort embêtants.

L’infiltration d’eau au sous-sol est un exemple par excellence. Si après quelques années à la suite de votre achat vous décidez de remplacer le revêtement au sol, vous constaterez peut-être, à votre plus grande et triste surprise, des fissures ou des cernes causés par des infiltrations d’eau à la toute base du bâtiment. Dans un tel cas, un spécialiste en la matière sera de mise et pourra faire un diagnostic de votre problème d’étanchéité.

Non seulement l’infiltration au niveau du sol fait partie de l’un des vices cachés les plus observés, mais les toitures (en pente ou même à surface plate) peuvent présenter des problèmes d’étanchéité. Une toiture qui coule peut certainement causer des dommages considérables à votre bâtiment.

Un problème adjacent à l’infiltration d’eau peut être la présence de moisissures. Soyez certains de bien traiter ces problèmes à la base, car la moisissure peut, avec le temps, causer des problèmes de santé (respiration) chez certains individus.

Viennent ensuite certains problèmes assez communs comme un système de ventilation défectueux, sans quoi la maison ne peut être gardée à des températures acceptables.

Un drain français qui a été mal installé, ou encore pas installé du tout, peut provoquer bien des maux de tête. Par contre, soyez conscients que les domiciles construits il y a plus de 50 ans ne seront pas pourvus de drains français dans la majorité des cas.

Utile à savoir

Non seulement vous êtes couverts pour les vices cachés que vous pourriez retrouver sur le bâtiment, sur votre maison comme telle, mais aussi sur d’autres infrastructures : une piscine, un garage, une galerie, une cheminée ou un entrepôt. N’hésitez pas à consulter un spécialiste pour avoir les meilleurs conseils par rapport aux recours qui vous sont disponibles lorsque vous vivez une situation semblable.

 

 

Article provenant du site web :https://www.inspecteurimmobilier.com/probleme/vices-caches-frequents/

 

Négliger une inspection, un choix qui peut vous coûter cher

 

 

house-1429409_960_720

C’est connu, l’achat d’une nouvelle propriété vient souvent avec son lot d’inquiétudes. Sans compter que les frais s’accumulent vite, entre les évaluateurs, inspecteurs et autres taxes et assurances en tout genre qui viendront s’ajouter à la facture du notaire.

En tant qu’acheteur averti, vous souhaitez faire des économies là où faire se peut. Soit. Qui pourrait vous en blâmer ? Ceci dit, négliger l’inspection en bâtiment ou succomber à la tentation du tarif le plus bas peut avoir des conséquences désastreuses sur votre portefeuille.  C’est connu, l’achat d’une nouvelle propriété vient souvent avec son lot d’inquiétudes. Sans compter que les frais s’accumulent vite, entre les évaluateurs, inspecteurs et autres taxes et assurances en tout genre qui viendront s’ajouter à la facture du notaire.

L’inspection en bâtiment : une activité qui gagnerait à être encadrée

Si votre courtier immobilier a l’obligation, selon la Loi sur le courtage immobilier qui encadre ses pratiques, de vous recommander l’inspection de votre future propriété par un professionnel ou un inspecteur en bâtiments qui répond à des exigences bien précises, c’est que tous ne respectent pas les mêmes standards.

Manque d’encadrement, normes de pratique ou de conduite inexistantes et absence d’uniformité dans les façons de faire sont encore aujourd’hui monnaie courante. Une situation qui ne devrait plus être acceptée, selon l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

« Dans le cadre actuel de la révision de la Loi sur le courtage immobilier, l’OACIQ porte l’attention du gouvernement sur la nécessité d’encadrer l’inspection en bâtiment, déterminante dans de nombreuses transactions. » souligne Nadine Lindsay, présidente et chef de la direction de l’organisme.

Car l’identification adéquate des problèmes potentiels permet à l’acheteur de se forger une opinion solide quant au prix à offrir, et même à la volonté de maintenir ou d’annuler la promesse d’achat.

Mme Lindsay ajoute : « La protection des consommateurs impliqués lors d’une transaction immobilière exige que certaines activités intimement liées soient aussi encadrées, telle que l’inspection en bâtiment. » Cet encadrement garantirait la compétence des intervenants et protégerait davantage les acheteurs.

Une étape qui vous protège

Que vous ayez jeté votre dévolu sur une construction neuve ou une propriété ancestrale, l’étape de l’inspection en bâtiment est primordiale pour déceler d’éventuels défauts ou faiblesses et vous garantira toujours une meilleure protection de votre investissement.

Si la logique paraît évidente dans le cas d’une construction âgée, où de nombreux problèmes tels que des infiltrations d’eau au niveau des fondations ou des rénovations non conformes pourraient nécessiter des investissements conséquents, elle peut sembler ne pas être nécessaire dans le cas d’une nouvelle construction.

Détrompez-vous : dans bien des cas, les défectuosités structurelles qui auraient pu survenir dans les années suivant la construction d’une demeure plus âgée auront été pris en charge par les propriétaires de l’époque, contrairement au « neuf », qui peut révéler bien des surprises.

Faites un choix éclairé

Qu’il soit inspecteur en bâtiment ou architecte, votre interlocuteur devrait répondre à certaines exigences, dont celle de détenir une assurance responsabilité professionnelle en cas d’erreur ou d’omission.

Au besoin, votre courtier peut vous fournir une liste de contacts dans votre région qui respectent ces exigences, ou vous faire part des critères à vérifier. Le site de l’OACIQ peut également vous fournir de précieux renseignements, dont des ententes conclues avec certaines associations d’inspecteurs en bâtiment pour protéger le public.En cas de question, le centre de renseignement Info OACIQ peut vous répondre par téléphone au 1 800 440-7170

Article provenant du : http://blog.publimaison.ca/fr/linspection-batiment-un-choix-judicieux/

 

Votre maison a de l’âge ? Voici quelques problèmes potentiels à surveiller.

Que vous viviez dans une maison qui a de l’âge ou que vous considériez en acheter une, il est important que vous soyez conscients des problèmes potentiels avec lesquels vous devrez peut-être composer. Certains de ses problèmes seront peut-être déterminants dans l’achat ou non d’une maison selon le coût qui leur est associé.

façade de vieille maison

 

Premièrement, qu’est-ce qu’une vieille maison? Une maison qui a environ 30 ans ou plus peut-être considérée comme vieille. Il n’y a pas de chiffre magique puisque certaines maisons connaîtront des problèmes avant 30 ans alors que d’autres non.

Problèmes de fondation. Si le plancher est inégal, c’est quelque chose que vous pourrez voir et sentir simplement en marchant dans la maison. Avant d’acheter une maison vieille de 30 ans ou plus, vous devriez demander l’avis d’un ingénieur en structure.

Un autre indice d’un problème de fondation? Lorsque les portes et les fenêtres de la maison ouvrent et ferment mal.

Vous pouvez repérer de potentiels problèmes vous-mêmes en faisant le tour de la maison à la recherche de fissures. Sinon, un inspecteur qualifié pourra faire une inspection plus approfondie de l’intérieur de la maison.

Des problèmes de fondation peuvent être réparés pour aussi peut que 100 $ selon le cas, mais peuvent également s’élever à plusieurs dizaines de milliers de dollars selon le problème. Il ne faut pas prendre les problèmes de fondation à la légère.

 

Infiltration d’eau par le toit. L’infiltration d’eau est un problème très sérieux qui cause des dommages graves à votre maison avec le temps. Recherchez des cernes aux plafonds de la maison et assurez-vous de leurs causes.

En présence de signes d’infiltration d’eau, l’entre-toit devrait être inspecté pour vérifier s’il n’y a pas la présence de moisissures.

Le coût d’une toiture peut varier dans les 15 000 à 25 000 $, mais la présence de moisissures fera rapidement monter la facture puisqu’elle devra être complètement éliminée.

Un problème de drain ou d’étanchéité.

Votre sous-sol sent mauvais? C’est possiblement une odeur de moisissure ou minimalement d’humidité. Les méthodes
de construction d’il y a 30 ans n’était pas aussi efficace qu’aujourd’hui en ce qui à trait au drainage du contour de la maison et de l’étanchéité des matériaux.

Si votre maison n’a pas de drains autour des fondations, il est évident que ce n’est qu’une question de temps avant que vous ne deviez en faire installer ou sinon les réparer en cas de bris. Les drains peuvent parfois se boucher avec l’accumulation des saletés et des années.

Des divisions mal pensées. Des cuisines minuscules, des corridors étroits, des rez-de-chaussées très fermés, voilà des exemples des standards de construction de l’époque. Le concept à aire ouverte n’existait pas et les aires de vie n’étaient pas aussi aérés qu’elles le sont aujourd’hui. Si vous achetez une vieille maison en souhaitant la rénover et changer les divisons, assurez-vous que les murs que vous voulez abattre ne sont pas des murs porteurs ou qu’ils ne renferment pas de la tuyauterie importante qui ne pourrait pas être déplacée.

Les infestations . Vous entendez de drôles de bruits dans les murs ou l’entre-toit? N’appelez pas les chasseurs de fantômes tout de suite, il se pourrait que les bruits que vous entendiez soient bien réels et causés par des termites, des souris, des oiseaux ou autres. Ces petites bestioles peuvent parfois faire de sérieux dommages à la structure et l’isolation d’une maison.

Une vielle fenestration.

De vieilles portes et fenêtres peuvent être une porte d’entrée parfaite pour les courants d’air et les infiltrations d’eau. Les portes et fenêtres ont une durée de vie d’environ 25 à 30 ans, alors si celles-ci n’ont pas été remplacés depuis ce temps, prévoyez une facture assez salée pour leur remplacement.

 

 

Crédit Photo: Farmhouse Exterior by Brooklyn Photographers Corynne Pless

Article provenant intégralement du site web du Huffington Post: http://quebec.huffingtonpost.ca/2015/11/05/vieille-maison-problemes_n_8480532.html

 

 

Un aide-mémoire pratique, pour bien préparer sa maison pour bien affronter l’hiver

Les gens de CAA-Québec ont préparés une liste aide-mémoire de ce que nous devrions faire afin de préparer bien notre maison à affronter notre rude hiver québécois.

 

À L’EXTÉRIEUR

Nettoyez et inspectez la toiture (couverture du toit, solins métalliques, puits de lumière, joints d’étanchéité, etc.); enlevez feuilles et débris et, dans le cas d’un toit plat, voyez à ce que rien n’obstrue le drain et la crépine qui le protège.
Vérifiez l’état de la cheminée (maçonnerie, métal, ancrages et chapeau ou couronnement). Assurez-vous qu’aucune branche ou nid d’oiseau, par exemple, ne s’y est logé. Procédez au ramonage s’il n’a pas été fait au printemps.
Retirez les feuilles et autres débris des gouttières et testez la solidité de leurs ancrages. Pour savoir si le tuyau de descente est obstrué, versez-y de l’eau. Veillez à ce que celle-ci soit rejetée à bonne distance de la fondation.
Débarrassez les puits de fenêtre (margelles) de tout déchet pouvant nuire à leur bon drainage.
Dégagez la charpie ou la poussière pouvant empêcher le clapet des bouches d’évacuation d’air (sécheuse, hotte de cuisinière, ventilateur de salle de bains, échangeur d’air, etc.) de se refermer de manière étanche.
Inspectez attentivement la fondation. S’il y a lieu, colmatez les fissures dans le béton pour prévenir toute éventuelle infiltration d’eau. Corrigez au besoin la pente du sol autour de la maison pour que l’eau de ruissellement en soit écartée.
Jetez un œil au revêtement extérieur. Il doit être en bon état et solidement fixé au bâtiment pour affronter l’hiver.
Corrigez au besoin le scellant extérieur autour des portes et fenêtres.
Enlevez la végétation envahissante autour de la thermopompe. Assurez-vous que l’appareil est stable et que rien ne gêne son alimentation d’air. S’il a plus de 5 ans, son bon fonctionnement devrait être vérifié chaque année par un spécialiste.
Réparez les fissures et nids-de-poule dans l’asphalte de l’entrée d’auto pour prévenir les dommageables infiltrations d’eau lors des cycles de gel/dégel.
Déchiquetez les feuilles mortes au moyen de la tondeuse au fur et à mesure qu’elles tombent sur la pelouse. S’il y en a trop, ramassez-les en vue du compostage.
Tondez la pelouse une dernière fois à 5 cm, lorsque sa croissance est terminée, soit vers la fin octobre.
Versez du stabilisateur à essence et, si c’est requis par le manufacturier, changez l’huile à moteur de la tondeuse au moment de la remiser pour assurer un démarrage sans ennui au printemps prochain. C’est aussi le bon moment de voir à l’aiguisage de sa lame de même qu’au nettoyage et à la lubrification des autres outils de jardinage.
Installez les protections hivernales sur les plantes, arbustes et arbres – mais pas avant que le sol ne soit gelé.
Vidangez le système d’irrigation automatique; purgez-le à l’air comprimé.
Abaissez suffisamment le niveau de l’eau de la piscine
sous le niveau de l’écumoire afin que le gel ne puisse abimer celle-ci. Débranchez et vidangez les tuyaux pour les ranger. Purgez le moteur avant de le remiser au chaud. Enlevez et nettoyez les pompes et boyaux des bassins de poissons, fontaines, etc. avant de les entreposer à l’abri du gel.
Débranchez, videz et rangez les tuyaux d’arrosage. Assurez-vous que leurs conduit et robinet d’alimentation ne seront pas vulnérables au gel. S’il y a lieu, purgez-les.
Sortez du cabanon de jardin tous les produits (peinture, engrais, etc.) susceptibles d’être altérés par la froidure. Protégez le mobilier de jardin.
Nettoyez le barbecue et couvrez-le pour l’hiver. Rangez la bombonne de gaz propane dans le cabanon.
Remplacez les ampoules des luminaires extérieurs.

 

À L’INTÉRIEUR

Nettoyez les tapis, moquettes, rideaux et stores ainsi que le tissu des fauteuils et divans. Appliquez un fini approprié sur les meubles en bois.
Lubrifiez la pompe de circulation du système de chauffage à eau chaude et purgez l’air des radiateurs.
Nettoyez ou remplacez le filtre du générateur de chaleur à air pulsé. Enlevez les grilles des bouches d’air chaud et des conduits de reprise et passez l’aspirateur à l’intérieur des conduits. Si nécessaire, faites nettoyer les conduits de chauffage.
S’il y a lieu et si ce n’est déjà fait, demandez à un entrepreneur licencié de nettoyer le système de chauffage central et de procéder à sa mise au point.
Procédez à l’entretien de l’échangeur d’air ou du ventilateur récupérateur de chaleur (VRC).
Nettoyez l’humidificateur portatif ou, le cas échéant, celui qui est greffé au système de chauffage central.
Passez l’aspirateur sur les plinthes électriques / convecteurs pour enlever la poussière. Assurez-vous d’un dégagement de 4 pouces avec les rideaux et les meubles.
Procédez à l’entretien du lave-vaisselle (bras de lavage, crépine, caoutchouc autour de la porte).
Vérifiez l’étanchéité des portes et fenêtres. Au besoin, corrigez le calfeutrage et remplacez les coupe-bise.
Retirez les moustiquaires à l’intérieur des fenêtres afin de permettre à l’air chaud de mieux en atteindre le vitrage et de prévenir la condensation. S’il y a lieu, remettez les contre-fenêtres en place.
Enlevez le climatiseur portatif ou recouvrez-le bien d’un matériau prévu à cette fin.
Si le garage communique avec la maison, vérifiez le réglage du dispositif de fermeture automatique de la porte pour vous assurer qu’elle ferme complètement.
Testez le détecteur de CO2 et les avertisseurs de fumée; remplacez les piles s’il y a lieu.
Nettoyez le bassin de captation du garage.
Vérifiez le fonctionnement de la pompe à puisard.
Faites analyser l’eau de votre puits pour en déterminer la qualité. Il est recommandé de faire effectuer une analyse bactérienne tous les six mois.

Article provenant du site officiel de CAA Québec

https://www.caaquebec.com/fr/a-la-maison/conseils/capsules-conseils/conseil/show/sujet/automne-aide-memoire-inspection-et-entretien-de-votre-maison/

Conseils pour l’entretien de votre maison en automne

 

Voici votre liste d’entretien annuel pour la saison d’Automne!

 

1- Demandez à une entreprise spécialisée de faire l’entretien de votre générateur de chaleur (« fournaise ») ou de votre installation de chauffage; tous les deux ans pour un générateur de chaleur fonctionnant au gaz, et chaque année pour un appareil au mazout (« huile »), ou selon les recommandations du fabricant.

 

2- Si vous possédez un climatiseur central, assurez-vous que le bac de récupération d’eau placé sous le serpentin refroidisseur dans le plénum du générateur de chaleur se vide bien et est propre.

 

3- Lubrifiez la pompe de circulation du système de chauffage à eau chaude.

 

4- Purgez l’air des radiateurs à eau chaude.

 

5- Coupez l’alimentation électrique du générateur à air pulsé et vérifiez l’usure, la tension ou le bruit de la courroie du ventilateur s’il y en a une et nettoyez les pales du ventilateur.

 

6- Vérifiez la présence de toute obstruction dans la cheminée, comme un nid, avant de mettre en marche votre générateur de chaleur.

 

7- Passez l’aspirateur sur les plinthes électriques pour enlever la poussière.

 

8- Enlevez les grilles de l’installation à air pulsé, puis passez l’aspirateur à l’intérieur des conduits.

 

9- ALLUMEZ la veilleuse (« flamme pilote ») du générateur de chaleur au gaz (s’il y en a une), mettez le thermostat en mode « chaleur » («Heat ») et mettez à l’essai l’appareil en montant la température de consigne jusqu’à ce que le générateur de chaleur se mette en marche. Une fois que vous aurez confirmé le bon fonctionnement de l’appareil, ramenez la température de consigne au degré voulu.

 

10- Vérifiez, nettoyez ou remplacez les filtres du générateur de chaleur tous les mois au cours de la saison de chauffage. Les filtres des dispositifs de ventilation, comme ceux des ventilateurs récupérateurs de chaleur, doivent être vérifiés tous les deux mois.

 

11- Vérifiez l’état des conduits raccordés au ventilateur récupérateur de chaleur. Assurez-vous que les joints sont bien étanches (au moyen de ruban d’aluminium ou de mastic) et que l’isolant des conduits ainsi que toute enveloppe isolante sont intacts.

 

12- Si le ventilateur récupérateur de chaleur n’a pas fonctionné durant l’été, nettoyez les filtres et les plaques, et versez de l’eau dans le tuyau d’écoulement afin de le mettre à l’essai.

 

13- Vérifiez le fonctionnement des ventilateurs d’extraction et de la hotte de cuisinière. Si possible, confirmez que le tirage est suffisant en observant la bouche d’évacuation extérieure (le débit d’air devrait être suffisant pour maintenir le registre extérieur ouvert). Vous trouverez une façon simple d’évaluer le débit d’air dans le feuillet documentaire de la collection « Votre maison » de la SCHL intitulé Essai de mesure du débit d’air à l’aide d’un sac à ordures.

 

14- Vérifiez les avertisseurs de fumée et de monoxyde de carbone ainsi que les alarmes de sécurité, et remplacez les piles.

 

15- Nettoyez votre humidificateur portatif si vous en possédez un. Photocopiez ou faites imprimer ce calendrier d’entretien Pour être efficace, l’entretien d’une maison doit se faire continuellement, et ce, d’année en année. Nous vous suggérons de faire une photocopie de ce calendrier d’entretien et de l’utiliser comme aide-mémoire en cochant les tâches accomplies. Ainsi, vous disposerez toujours d’un original pour tirer d’autres copies. Vous pouvez aussi l’imprimer à partir du site Web de la SCHL au www.schl.ca. Société canadienne d’hypothèques et de logement votre maison

 

16- Vérifiez votre pompe à puisard et le tuyau de décharge afin de vous assurer que tout est en ordre et que rien n’obstrue le tuyau ou que celui-ci ne présente pas de fuites visibles.

 

17- Remplacez les moustiquaires des fenêtres par des contre-fenêtres.

 

18- Enlevez les moustiquaires situées du côté intérieur des fenêtres à battant afin de permettre à l’air provenant de l’installation de chauffage de prévenir la condensation sur le vitrage des fenêtres et de laisser entrer davantage d’énergie solaire gratuite.

 

19- Assurez-vous que les fenêtres et les lanterneaux (puits de lumière) se ferment de façon étanche et réparez ou remplacez le coupe- froid au besoin.

 

20- Assurez-vous que toutes les portes extérieures sont bien étanches lorsqu’elles sont fermées, et vérifiez que les autres portes fonctionnent correctement. Au besoin, changez le coupe-froid.

 

21- S’il y a une porte entre votre maison et votre garage, vérifiez le réglage du dispositif de fermeture automatique pour vous assurer qu’il ferme la porte complètement.

 

22- Recouvrez la partie extérieure du climatiseur et coupez l’alimentation électrique.

 

23- Assurez-vous que la pente du sol autour de votre maison permet d’évacuer les eaux pluviales loin des murs de fondation, de sorte que votre sous-sol ne soit pas inondé.

 

24- Retirez les feuilles mortes qui se sont accumulées dans les gouttières et sur le toit, et faites couler de l’eau dans le tuyau de descente pour voir si l’eau s’écoule bien.

 

25- Videz et entreposez les tuyaux d’arrosage. Fermez le robinet d’arrêt raccordé aux robinets extérieurs et vidangez les tuyaux correspondants (à moins d’avoir des robinets à l’épreuve du gel).

 

26- Faites analyser l’eau de votre puits pour en déterminer la qualité. Il est recommandé de faire effectuer une analyse bactérienne tous les six mois.

 

27- Si vous avez une fosse septique, mesurez le niveau des boues et le chapeau pour déterminer s’il y a lieu de la faire vider avant le printemps. La fosse doit être vidangée au moins tous les trois ans.
28- Protégez votre aménagement paysager contre l’hiver, entreposez vos meubles extérieurs, préparez le jardin et, au besoin, protégez les jeunes arbres ou les arbustes contre la saison froide.

*Les étapes proviennent de documents de L’APCHQ. L’association dont Luc Guénette, inspecteur en bâtiment est membre.

8 signes qui vous aideront à déceler une possible infiltration d’eau

Dans cet article vous découvrirez comment déceler une possible infiltration d’eau lors d’une visite de maison.

C’est grâce à l’utilisation de ces techniques que nous complétons plus de 200 inspections par années.

L’achat d’une maison est probablement l’investissement financier le plus important que vous ferez dans votre vie. C’est pourquoi il est important de vous assurer du bon état de la propriété convoitée.

dégâts d'eau dans une maison

Lors de la visite d’une maison, les acheteurs sont souvent obnubilés par le côté esthétique et pratique de celle-ci. Par contre, il y a certains signes que les futurs acheteurs peuvent facilement remarquer qui leur indiquera si la propriété visitée possède des problèmes majeurs.

Voici 8 signes qui démontrent un potentiel problème d’infiltration d’eau et d’humidité. Vous saurez donc comment déceler une infiltration d’eau.

8 signes qui démontrent un potentiel problème d’infiltration d’eau Continue reading “8 signes qui vous aideront à déceler une possible infiltration d’eau”